Chronique Réflexions

Attachement ou détachement

On m'a déjà dit qu'au moment de la mort, on doit laisser derrière soi tout ce qu'on a été, fait et possédé durant notre parcours sur cette planète. On ne peut rien emporter de l'autre côté ; pas de relations, pas de réputation, de valeurs, d'argent ou de rêves... Si ce qu'on m'a dit est effectivement vrai, ultimement, nous devrons donc nous détacher de tous et de tout ce qui nous entoure. Alors qu'en est-il de tout ce que nous avons accumulé jusqu'ici?

«Il faut savoir mourir avant de mourir.»
- Auteur inconnu

Êtes-vous attaché aux choses que vous possédez?
Votre nouvel appartement ou votre belle maison bien située, votre vieille voiture qui vous permet de vous rendre du point A au point B, ce nouveau gadget qui vous permet d'être connecté avec tout le monde à tous moments, votre vieille guitare dans le coin qui vous rappelle vos heures de gloire ou vos petits trésors de voyage qui vous rappellent où vous êtes allé?

Combien de ces choses possédez-vous et combien d'entre elles vous possèdent? Avez-vous besoin de tout ça pour donner un sens à votre vie ou vous donner l'impression d'être en vie? Ou ne serait-ce qu'une façon de retourner dans le passé où tout était mieux qu'ici et maintenant?

«C'est aussi une façon de posséder les autres que de leur faire des cadeaux.»
- Michel Conte

Êtes-vous attaché aux gens qui peuplent votre monde?
Votre partenaire de vie qui vous accompagne et vous supporte dans vos démarches vers une vie parfaite, vos amis qui sont plus ou moins présents mais qui partagent vos souvenirs de longue date, vos réseaux sociaux qui donnent un sens à votre solitude, votre petit chien qui vous aime sans poser de question, vos collègues avec qui vous partagez le plus clair de votre temps, vos parents qui sont trop éloignés ou peut-être trop présents?

Était-ce trop de gens à qui penser et de qui s'inquiéter ou peut-être trop peu pour vous sentir aimer et important? Avez-vous également pensé à cette famille que vous ne connaissez pas ou à ce peuple à l'autre bout du monde qui a vécu un grand drame hier soir aux nouvelles?

«Curieux cette impossibilité de se détacher tout à fait des êtres que l'on a aimés, ce besoin de les retenir, de retarder désespérément le moment où ils ne seront plus rien pour nous.»
- Anne Bernard

Êtes-vous attaché aux rôles que vous jouez?
Celui de l'employé efficace et performant sur qui on peut toujours compter, du parent sévère mais aimant qui se sacrifie plus souvent qu'autrement pour le bien de ses enfants, du grand frère protecteur, de l'étudiant qui fait rire sa classe, du voisin tolérant, du sportif de fin de semaine ou du citoyen qui revendique ses droits dans la rue lorsqu'il le faut?

Combien de personnes distinctes (ou parties de vous-même) êtes-vous dans une seule journée ou dans une année? Combien vous faut-il de rôles pour arriver à traverser chacune de vos journées? Et combien de ces rôles souhaitez-vous encore vraiment jouer?

«Se libérer du connu c'est mourir, et alors on vit.»
- Krishnamurti

Je ne peux bien sûr pas répondre à ces questions pour vous, mais je peux par contre vous dire que chaque jour, à chaque rencontre, chaque fois où vous ouvrez les yeux, les oreilles ou la bouche, chaque fois que vous choisissez une direction et vous préparez à faire un nouveau pas... Tous ces gestes que vous avez déjà fait mille fois sont tous de nouvelles opportunités de vous réinventer, de vous refaire une identité, de changer et de vous libérer de vos attachements à ce qui était vous jusqu'à tout récemment.

Et vous, de quoi avez-vous su vous détacher au fil des ans et de quoi souhaitez-vous vous détacher maintenant, avant la fin de la journée, de la semaine ou de votre vie?

Olivier Turcotte
Coach personnel et Hypnothérapeute
514 831-9936
info@olivierturcotte.com
olivierturcotte.com


Si vous avez aimé cette réflexion, vous aimerez peut-être celles-ci:

Jouez à Loto-Vie
Penser différemment
L'abandon pour de bon
Un changement à 180 degrés