Chronique Réflexions

Procrastination pour tous

Eh bien, on y est... C'est maintenant que ça se passe. En tout cas, c'est maintenant que ça devrait se passer. Je pense qu'il faudrait que je m'active. Oh que oui! Il faudrait que je commence parce que sinon, je suis loin d'en avoir fini. Et quand ça s'accumule, ça n'en devient que pire et trop difficile à gérer.

J'ai beau savoir que ça porte un nom, la procrastination, ça n'arrange rien à rien. Je sais très bien qu'il faut que je commence et si je pouvais prendre chaque chose individuellement, je saurais exactement comment faire. Parce que dans le fond, je suis capable de faire plein de choses... Sauf celles qu'il faudrait que je fasse.

Et là, c'est trop lourd, trop gros, il y a tellement de choses à faire que je ne sais plus par où commencer. J'ai beau connaître tous les trucs, toutes les astuces, je n'arrive pas à les mettre en pratique et à me mettre en action. Les listes de priorités, c'est beau et c'est pratique, mais ça n'accomplit pas le travail à ta place. C'est pas facile d'être perfectionniste!

«Quand vous recherchez la perfection, vous découvrez que c'est une cible mouvante.»
- George Fisher

Des fois je m'active, je pars la machine et j'avance... Mais rapidement, tout ça tombe à l'eau. Il suffit d'un coup de téléphone, d'un oiseau qui passe devant la fenêtre ou d'un petit bruit et ça y est, je suis reparti, je suis ailleurs. Et quand je reviens à moi, il est déjà plus tard, des fois trop tard pour finalement me mettre au boulot.

Dans ces moments-là, je suis comme dans le coma, mais un coma éveillé. Je me rends compte de ce qui se passe autour de moi, je suis conscient que le temps passe et que je n'ai toujours rien ou presque rien de fait. Je suis dans un état passif, comme un combat passif contre moi-même que je suis en train de perdre continuellement.

J'ai beau essayer toutes sortes de façon pour me mettre en action, à chaque jour, il y a des chances qu'aujourd'hui encore, ce soit une journée de demi-efforts à la dernière minute. Le stress et la pression, ce sont de supers carburants sauf que, depuis le temps, j'en ai développé une sacrée résistance et croyez-moi, je suis capable d'endurer et d'attendre encore longtemps avant de commencer.

«L'oisiveté est comme la rouille; elle use plus que le travail.»
- Benjamin Franklin

Et vous aurez beau me taper sur la tête, jamais vous ne taperez aussi fort que je le fais déjà moi-même. Et même si ça ne fait pas vraiment mal, l'auto-mutilation psychologique, et même si on y ajoute la peur de représailles, je n'y peux rien, je suis encore une fois figé.

Et oui! Je suis encore ici à en parler dans ma tête... De l'extérieur, je suis sûr que j'ai l'air d'avoir tout ce qu'il faut pour réussir et que c'est juste de la grosse paresse ou un manque de volonté, que je me complais là-dedans, dans mon oisiveté... Et j'avoue que vous auriez raison de le penser.

Mais je ne me suis jamais porté volontaire pour ça, moi. De procrastiner, ce n'est pas mon choix, ce n'est pas moi, j'haïs ça. Et même si j'ai longtemps pensé que ça me rassurerait si on me diagnostiquait, de savoir ce que j'ai et de savoir que c'est normal que je sois imparfait... Non! Ça ne change rien. Je suis toujours là à me demander comment je vais y arriver.

«Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.»
- Confucius

Alors, dites-moi... Quel genre de procrastineur/euse êtes-vous? Et surtout, quels sont les avantages cachés de procrastiner pour vous dans les sphères de votre vie où vous êtes peut-être passé maître de la procrastination? Derrière tous nos comportements se cache une raison d'être, quelque chose à protéger. Et ce n'est parfois pas si conscient que ça, pas si évident à trouver.

Olivier Turcotte
Coach personnel et Hypnothérapeute
514 831-9936
info@olivierturcotte.com
olivierturcotte.com


Si vous avez aimé cette réflexion, vous aimerez peut-être celles-ci:

La course du temps pressé
Handicap du bonheur
Intervention divine