Chronique Réflexions

L'expérience du sourire

À une autre époque de ma vie, une rupture amoureuse m'a complètement jeté à terre. Vous savez, une de celles que l'on ne voit pas venir et qui frappe plus fort que tout! Et par-delà la douleur, la peine et l'incompréhension, j'ai quand même pu tirer beaucoup de cette période de ma vie. Entre autres, cette belle expérience du sourire que je m'apprête à vous raconter...

Je me souviens, c'était un soir de printemps de l'année suivant cette débarque monumentale qui avait affecté tous les aspects de ma vie plus que je ne l'aurais voulu. Cette journée-là, je suis arrivé au plus bas de la dépression commencée quelques mois plus tôt et je me souviens avoir capitulé vis-à-vis la vie et m'être ouvertement dit:

"Bon... Il n'y a plus rien à faire pour moi. J'ai vraiment tout essayé pour me sortir de là et je ne suis plus capable d'être heureux!" Je n'avais aucune intention d'en finir avec ma vie, mais je n'arrivais plus à trouver de raison ou même de façon de vivre pour mon bien. Je survivais et c'était le mieux que je pouvais faire: faire semblant de vivre.

«Aime-moi lorsque je le mérite le moins, car c’est alors que j’en ai le plus besoin.»
- Proverbe chinois

C'est alors qu'en désespoir de cause, comme un dernier geste qui ne pouvait qu'être altruiste, j'ai décidé de me tourner vers les autres avec toute l'énergie et la volonté qu'il me restait. J'ai décidé de prendre tout ce que j'avais de bon et de bien en moi afin de l'offrir en cadeau aux gens autour, à tous ces gens, souvent de parfaits inconnus, qui croisaient mon chemin quotidien... sans exception!

Et ma façon à moi, ce fut de leur sourire. Oui, simplement sourire. Mais pas n'importe quel sourire. Oh non! Un sourire comme on en fait rarement, sinon jamais. Un sourire qui veut tout dire, tout exprimer: le plus beau bonjour, le meilleur de soi, une intense décharge d'amour gratuit dans un contact humain plus vrai que vrai. Quelque chose qui ressemble au Namaste des Indiens, mais en quintuplé de bonté.

«La bonté est un amour gratuit.»
- Henri Lacordaire

Dès le lendemain matin et pendant trois bonnes semaines, je traversais mes journées jusqu'au soir en souriant à tous et chacun, faisant de mon mieux pour dévisager les gens que je croisais sur ma route afin que personne n'échappe à ma bonté dentelée. Je soutenais leur regard tant qu'il le fallait pour percer leur carapace, l'air de dire "ne tentez même pas de me résister, vous n'y arriverez pas!" Je visais rien de moins qu'une profonde connexion d'âme à âme.

La réaction des gens était évidemment très intéressante: ils me regardaient discrètement une première fois en marchant vers moi, m'offrant ou non un sourire ordinaire puis fuyaient poliment mon regard un peu trop insistant selon les conventions sociales. Mais quelques instants plus tard, comme s'ils venaient de comprendre, intrigués peut-être, la plupart relevaient les yeux, soudainement allumée, et c'est là que la magie s'opérait... c'est à ce moment que la connexion se produisait et que je voyais le visage de leur âme. Je recevais alors à mon tour leur plus beau sourire chargé de bonté et d'amour.

«Le sourire que tu envoies revient vers toi.»
- Proverbe hindou

Le changement que j'observais chez mes nouveaux complices était magnifique: certains passaient de l'air bête à l'air enjoué, de l'air endormi à l'air éveillé. D'autres, absorbés qu'ils étaient, sortaient de leur torpeur et avaient soudainement l'air détendu et libéré d'un fardeau qui leur pesait beaucoup trop. J’avais une influence hautement positive et palpable sur un moment de leur vie avec un potentiel certain de faire boule de neige pour la journée et peut-être même plus...

Il me semblait que rien de mal ne pouvait plus arriver. Que plus rien n'était grave. Mon attitude, ma bienveillance et ma volonté d’apporter un moment de joie aux gens autour de moi étaient plus grandes que tout. C’était vraiment magique! Et c'est bien sûr au courant de ces trois semaines que ma vie a commencé à changer pour le mieux et que j'ai commencé à me relever, soutenu par un paquet d'inconnus qui n'en avaient aucune idée...

«Souris même si ton sourire est triste, car s'il existe quelque chose de plus triste qu'un sourire triste, c'est bien la tristesse de ne pas savoir sourire.»
- Anonyme

Et vous... Quels ont été vos propres moyens pour vous sortir de vos trous noirs, vos peines et vos malheurs? Quelles sont vos tactiques, vos meilleures réussites, vos plus grands apprentissages?

Olivier Turcotte
Coach personnel et Hypnothérapeute
514 831-9936
info@olivierturcotte.com
olivierturcotte.com


Si vous avez aimé cette réflexion, vous aimerez peut-être celles-ci:

Le vieil homme sur mon chemin
27 heures de pure fragilité
La fraternité des sans-maison