Chronique Réflexions

Le retour à soi

On passe sa vie à ressasser le passé, à s'accuser de nos erreurs, sinon les autres et la vie pour ces heures qui auraient pu être nos meilleures. On cherche à se convaincre qu'on aurait pu faire mieux si… qu'on pourra faire mieux quand… maintenant que l'on sait comment…

Et on oublie que l'on fait toujours de notre mieux, considérant les circonstances, nos prédispositions intérieures, nos capacités et nos limites, nos états d'âmes et nos valeurs, nos connaissances et nos croyances. Il va sans dire que si on avait pu, c'est sûr qu'on aurait fait mieux.

«Il s'agit, à chaque étape, de mourir à soi pour renaître dans l'Autre: dans l'enfant, l'adolescent, l'adulte, le vieillard, L'ancêtre, et Dieu. De renaître plus savant, plus fort, plus beau, plus heureux parce que plus être.»
- Alassane Ndaw

On passe sa vie à ne pas tenir compte de ce que nous sommes, de qui nous sommes, espérant toujours devenir quelqu'un d'autre, quelqu'un qui serait meilleur, plus grand, plus beau, plus performant et plus parfait, ou en tout cas, un peu moins imparfait…

Et on oublie de reconnaître, d'apprécier et surtout, d'honorer ce que nous sommes déjà, ce que nous avons toujours été et qui, toujours sera là: cette beauté inaltérable et inchangée depuis toujours, cette perfection faite d'imperfections qui nous rend totalement unique et parfaitement humain.

«Tout ce que nous voyons n'est qu'une ombre projetée par les choses que nous ne voyons pas.»
- Martin Luther King

On passe sa vie à tourner autour, à chercher à l'extérieur, supposant que tout est toujours mieux ailleurs… mais où est donc le bonheur? On se concentre sur les autres et sur l'avenir, des objectifs qui un jour nous ferons sourire, ce moment où l'on commencera finalement à vivre…

Et on oublie que la vie, c'est maintenant et c'est ici, que la réussite, elle est à chaque pas, peu importe sa direction et ses hésitations, parce que, dans la vie, bien que ce soit le sommet qui nous intéresse, c'est plutôt l'ascension et parfois même la descente qui sont porteuses d'intérêt.

«Vous devez partir de là où vous en êtes. Tous les points de départ sont bons, car ils se trouvent tous à la périphérie, et de chaque point de la périphérie, on peut arriver au centre. Avancez donc vers le centre, ne vous souciez pas de là où vous êtes.»
- Osho

Olivier Turcotte
Coach personnel et Hypnothérapeute
514 831-9936
info@olivierturcotte.com
olivierturcotte.com


Si vous avez aimé cette réflexion, vous aimerez peut-être celles-ci:

Un papillon en évolution
Permission à l'imperfection
L'abandon pour de bon